Acheter quand on vient juste d’arriver ? C’est possible


Téléchargez mon livre « Réussir son expatriation à Montréal » au format PDF qui rassemble l’information essentielle pour réussir votre expatriation, de la préparation à l’installation. En savoir plus.

Qui a dit qu’arriver ne rimait qu’avec louer ? Si c’est ce que vous pensez, vous avez tort. Au Canada, en tout cas, lorsque vous venez d’arriver, acheter une maison n’est pas impossible, loin de là. Certains l’ont même fait depuis l’autre côté de l’Atlantique. Voici ce qu’il faut toutefois garder en tête avant de se lancer !

L’intérêt de l’achat au Canada

L’intérêt majeur de l’achat d’un bien immobilier au Canada et que l’on retrouve sur toutes les lèvres repose sur le fait que les propriétés sont peu chères. En effet, si l’on compare les prix à ceux que l’on peut trouver dans notre vieille Europe, le Canada bat des records, surtout en dehors des villes. D’autre part, comme pour la majorité des démarches administratives, les choses se font bien plus facilement qu’outre-Atlantique. Encore un aspect bien visible de la culture nord-américaine. De plus, si vous avez obtenu le statut de résident permanent, les démarches seront d’autant plus rapides et vous bénéficierez d’avantages intéressants lors du processus d’achat de votre maison.

Conditions à respecter pour obtenir un prêt

Si les offres semblent alléchantes, n’obtient pas un prêt qui veut. Il y a deux catégories à distinguer : les personnes disposant d’un historique de crédit et d’emploi au Canada et celles qui n’en ont pas.

Les personnes disposant d’un historique de crédit et d’emploi au Canada pourront baser leur dossier de demande d’obtention de prêt là-dessus et le compléter par leur historique dans le ou les pays dans lesquels elles ont vécu précédemment. Voilà l’une des raisons pour lesquelles il est important de conserver avec soi un historique. Ceci permet, par la suite, de procéder à une demande plus facilement et en disposant d’un dossier plus solide.

Les personnes qui ne disposent pas d’historique de crédit ni d’emploi au Canada peuvent commencer par ouvrir un compte en banque dans l’institution financière canadienne de leur choix et y épargner une certaine somme par mois. Par la suite, il leur sera possible de disposer d’une carte de crédit. Pour ce qui est de l’emploi, rester plus de trois chez un employeur est la moindre des choses pour augmenter sa crédibilité.

Procurez-vous, dans tous les cas, l’historique de crédit et d’emploi le plus important possible peu importe les pays où vous avez résidé précédemment.

Chercher et passer à l’action

Une fois que vous avez trouvé la maison ou l’appartement de vos rêves, il ne vous reste plus qu’à prendre contact avec une institution qui prête aux étrangers. Lorsque vous en aurez trouvé et définit avec votre prêteur les conditions à réunir pour finaliser l’opération. Dans tous les cas, votre prêt devra être assuré par la SCHL. Si vous disposez d’un historique de crédit et d’emploi au Canada et que vous êtes résident permanent, votre mise de fond de sera que de 5% comme pour tous les Canadiens. Sans la résidence permanente, vous devriez mettre 10%. Enfin, sans historique ni résidence permanente, il vous sera demandé 35% du prix de votre future propriété comme mise de fond.

Tout est possible au Canada pourrait être une devise. Tout est facile aussi ! Cependant, n’oubliez pas de bien regarder toutes les taxes et autres dépenses connexes au prix de la propriété que vous souhaitez acquérir. Par ailleurs, les prêteurs prêteront également attention à l’historique de paiement de votre loyer, de vos factures d’électricité, de gaz ou encore d’autres services comme le téléphone. Si vous n’avez pas payé Fido depuis trois mois et que vous voulez acheter une maison, il faudra commencer par-là !

Téléchargez mon livre « Réussir son expatriation à Montréal » au format PDF qui rassemble l’information essentielle pour réussir votre expatriation, de la préparation à l’installation. En savoir plus.

A propos de Yohann

Expatrié à Montréal depuis juin 2012, je partage mon expérience et mes conseils avec celles et ceux qui vivent ou qui envisagent de vivre et travailler, temporairement ou de façon permanente, à Montréal et, plus généralement, au Québec, province francophone du Canada.