La recherche d’emploi au Québec

Bureaux

Téléchargez mon livre « Réussir son expatriation à Montréal » au format PDF qui rassemble l’information essentielle pour réussir votre expatriation, de la préparation à l’installation. En savoir plus.

Arriver dans un nouveau pays est toujours une expérience difficile. Les automatismes appris dans son pays natal sont souvent à réviser. La recherche d’emploi est différente au Québec qu’en France.

Il est important de bien faire attention à certains détails qui peuvent être très pénalisants si on n’y prête pas attention. Il y a trois points à reconsidérer, le CV, la recherche ainsi que l’entretien.

Reconsidérer son CV

La première chose à faire en arrivant au Canada, avant même de commencer la recherche, est de mettre à jour son CV. Les CV canadiens sont en effet construits d’une façon différente, et si vous gardez votre version européenne, il se pourrait que cela vous empêche d’accéder à de précieuses entrevues.

Au Québec, on ne met aucune information qui pourrait être considérée comme discriminatoire. Il est en effet préférable de ne pas mentionner l’âge, la nationalité, la situation matrimoniale, etc. De même, dans la plupart des domaines, il est déconseillé de mettre une photo. Cependant, depuis peu de temps, la photo commence à se démocratiser dans certaines industries. Renseignez d’abord, mais si vous avez un doute, il vaut mieux ne pas en mettre du tout.

Il faut également savoir que les Québécois font beaucoup plus attention aux compétences acquises et aux connaissances plutôt qu’au prestige. Cela signifie que, même si vous avez étudié dans une école prestigieuse ou que vous avez fait un stage dans une entreprise de renom, il vous faut bien décrire vos capacités. Chaque expérience doit démontrer que vous avez acquis des compétences. Vous pouvez écrire plus d’une page si votre expérience le justifie.

Il est déconseillé d’ajouter ses activités personnelles (art, sport, etc.), car elles sont souvent considérées comme non professionnelles. Cependant, si vous avez obtenu des récompenses pour ces activités, n’hésitez pas à en faire part, car la reconnaissance reste un très bon atout.

La recherche d’emploi

Armez-vous de patience en ce qui concerne la recherche d’emploi. Les recruteurs éprouvent souvent des difficultés à juger l’expérience hors Québec, que ce soit les études ou les stages. Cela explique pourquoi le premier travail est toujours un peu long à trouver. Beaucoup de Français se font d’ailleurs surprendre au départ à cause de la réputation du Québec par les Français, vus comme un eldorado du travail. Il faut juste savoir que le premier travail est plus long à obtenir, mais que les expériences s’enchainent rapidement par la suite. Ceci est surtout vrai pour les jeunes qui viennent au Québec après leurs études, avec peu d’expériences.

Notez aussi que les Québécois utilisent plus que nous les réseaux sociaux comme Linkedin, dans beaucoup de domaines. Il est donc important d’avoir un compte bien à jour (et de ne pas oublier de mettre une photo). De plus, les contacts directs sur Linkedin sont plus acceptés qu’en France. Ceci peut d’autant plus vous être utile si vous avez une idée précise de ce que vous voulez. Commencez par poser des questions sur la compagnie ou sur l’industrie. Vous pouvez essayer d’organiser une rencontre pour collecter des informations, c’est un bon moyen de montrer de l’intérêt pour un poste. Soyez « fin » et glissez votre CV discrètement, dans une lettre de remerciement par exemple.

Finalement, allez faire un tour du côté des sites d’emploi à Montréal comme Jobboom, monster.ca ou workopolis.com. Il y a aussi des sites spécialisés en fonction des domaines, comme Infopresse pour le markéting et la communication. Il faut, se renseigner sur quel site convient le mieux à ce que vous cherchez. Le gouvernement a aussi des sites d’aide comme Guichet emplois qui peuvent être intéressants à visiter.

Comme partout, il y a des entreprises qui recrutent plus que d’autres en fonction de sa spécialité. C’est encore plus vrai au Québec.

L’entretien

Les entretiens au Québec sont plus décontractés qu’en France. Le candidat aura souvent l’impression que celui-ci s’est très bien passé et même d’avoir été embauché à la sortie. Il est important de ne pas s’en tenir qu’a ces impressions et de continuer à chercher en attendant une réponse claire.

Si vous êtes jeune, il y a de fortes chances que le recruteur vous tutoie, cependant il est conseillé de votre côté de toujours le vouvoyer. De plus, il est très rare au Québec qu’un recruteur vous coupe la parole et il vous donnera certainement l’impression d’être très intéressé. Il vous faut donc gérer votre temps et ne pas trop monopoliser la parole durant l’entretien.

De retour chez vous, il est de bon ton d’envoyer un mail de remerciement au recruteur. C’est très bien vu. Assurez ensuite un suivi pour connaitre l’avancement de votre dossier, cela démontrera votre intérêt pour le poste.

Conclusion

Pour conclure, il faut se rappeler que la première recherche est toujours difficile. Gardez toujours en tête que quasiment tous les étrangers finissent par trouver un emploi après quelques mois de recherche.

Notez aussi qu’il n’est pas rare que des personnes se fassent embaucher au Québec depuis la France en passant les entretiens par Internet en utilisant des programmes comme Skype. Venir au Québec pour passer des entretiens avec un visa touriste n’est pas forcement bien vu par les agents à l’immigration.

Téléchargez mon livre « Réussir son expatriation à Montréal » au format PDF qui rassemble l’information essentielle pour réussir votre expatriation, de la préparation à l’installation. En savoir plus.

A propos de Yohann

Expatrié à Montréal depuis juin 2012, je partage mon expérience et mes conseils avec celles et ceux qui vivent ou qui envisagent de vivre et travailler, temporairement ou de façon permanente, à Montréal et, plus généralement, au Québec, province francophone du Canada.